A propos du jardin

Ce jardin privé d’une douzaine d’années, planté de vivaces, arbres, arbustes et graminées, comprenant un petit bassin et un potager, a vu le jour sur un terrain envahi de ronces, de noisetiers et de sureaux. La terre y est sablonneuse, drainante, et elle ne retient pas l’eau, ce qui m’a valu des déboires avec certains végétaux qui exigeaient une terre plus humide. J’ai fini par prendre mon parti de cette caractéristique, en choisissant des plantes résistantes à la sécheresse et supportant bien le soleil.

J’ai encore quelques obstinations avec les rosiers! Certains, comme les rosiers lianes et les rosiers botaniques, ont fini par s’implanter. D’autre part, à gauche du vieux pommier, un îlot un peu plus humide (si la sécheresse ne se prolonge pas!) m’a permis d’y installer quelques plantes plus exigeantes en eau: hortensia, carex, cimicifuga, astilbe… Pour compenser la faible rétention de la terre, j’essaie d’éviter l’évaporation en plantant des couvre-sols (géranium macrorhizum, épimedium, aspérule…), par du paillage (BRF, tonte de gazon, écorce de pin…) et par une certaine densité de plantation.

Le jardin n’est pas le résultat d’un dessin initial. Je l’ai façonné au fil du temps, inspirée par les jardins visités en France et à l’étranger, et la lecture de nombreux ouvrages. Il reste toujours une évasion, un projet qui continue à s’élaborer. Je travaille dans ce jardin en coexistence amicale avec une petite faune autonome, qui a pris ses quartiers dans cet espace où elle n’est dérangée par aucun traitement chimique.

Le pommier, vieux d’une soixantaine d’années, déploie ses branches au-dessus de ce petit monde, où son ombre apaisante nous accueille.

Je vous souhaite d’y passer un moment agréable.

Olga Nasaroff